Entomophonie Syntonale

La pièce sonore  « ENTOMOPHONIE SYNTONALE » a été distinguée d’une mention spéciale en « Field recording » au prix Phonurgia Nova de la création radiophonique et sonore le dimanche 18 septembre 2016 à la BnF de Paris.

Pour en savoir plus http://phonurgianova.blog.lemonde.fr/. et http://syntone.fr/contrastes-et-eclats-aux-prix-phonurgia-nova/

Je promenais une nuit mon micro au hasard des herbes hautes de mon jardin lorsque j’ai découvert la musicalité aussi rythmique que discrète d’une Sauterelle (Dectique) jusqu’alors imperceptible pour mon oreille nue. Une autre nuit, la capture d’un son continu si puissamment électrique d’un autre Dectique, me laissant croire durant plusieurs minutes à un problème important de connectique de mon matériel, acheva de me convaincre de composer une pièce sonore dans laquelle je tenterais de rendre perceptible à l’auditeur le chant poétique de ce petit peuple de l’herbe.

Si le monde des insectes est surtout régit par des échanges olfactifs et chimiques, certains d’entre eux utilisent le son comme moyen de communication. Même si la femelle Moustique produit des vibrations d’ailes d’une fréquence plus aigüe pour signaler au mâle qu’elle peut s’accoupler, ce sont surtout les insectes de la famille des Orthoptères (Grillons, Criquets, Cigales et Sauterelles), dotés de systèmes de production sonore et auditifs assez inédits, qui chantent leur sérénade de séduction.

 Avec cette pièce sonore, je tente de poser une oreille attentive et subjective sur cette « musique » poétique des insectes qui vibre en moi comme un appel à traduire le respect que nous leur devons.    

Je vous propose à l’écoute ici des extraits sonores des quatre mouvements de la pièce sonore (autoproduction CD) :

Concert Entomophonie syntonale

Entomophonie Syntonale

 

  • Le chant des élytres dissimulé parmi les fleurs  (extrait 1, 2 et 3)

 J’essaie d’y pénétrer le langage des Orthoptères, fil conducteur de la pièce sonore, en tentant de rendre audible leur chant (débutant souvent à partir de 8000hz pour finir dans les ultrasons), sans hésiter à transposer la matière sonore de plusieurs octaves dans le grave.

N’étant d’ores et déjà plus dans une transcription du réel, je me permets sans scrupule de mélanger sons diurnes et nocturnes. Des rythmiques harmoniques apparaissent et sont ensuite accentuées par différents traitements sonores et des sons d’oscillateurs. Cette synthèse sonore viendra ponctuellement appuyer et amplifier la poésie retentissant à mon oreille, celle que j’entends et que je désire transmettre.

Des sons de l’environnement, comme oiseaux et vent, vont ensuite se mêler au chant des élytres ainsi qu’à de curieux crépitements. L’espace sonore est pénétrée de modestes battements d’ailes que l’on retrouvera dans la partie intitulée Vespa nida crabo.

Ces bruissements, résultats sonores fourni par le travail de centaines de mandibules et de milliers de pattes œuvrant à la construction d’un nid de papier, finiront par s’évanouir et se confondre aux gouttes de pluie d’un orage passant à proximité.

  • Faune ore (extrait)

Il s’agira ici de donner à entendre l’activité renaissante de toute cette faune après l’orage, mais sans trop d’excitations. Après la pluie, …

  • Vespa nida crabo (extrait 1 et 2)

Une ouverture aux accents « symphoniques » nous introduit à l’intérieur d’un nid de frelons européens. Des bourdonnements extraits de la séquence qui lui succèdera, nous donnent à entendre une étrange « conversation » d’Hyménoptères. Bientôt rejointe par les « vocalisations » d’un Méli-mélophone* presque plaintif, puis l’atmosphère éthérée d’un synthétiseur se promenant parmi les structures alvéolaires de la construction de « papier », l’ambiance finit par se diluer dans des trajets aller-retour de guêpes (Vespula vulgaris) passant très près du micro de captation. Des sons d’Orthoptères isolés reprennent alors leurs chants. Ultime solo sonore critique qui peut focaliser l’attention d’un prédateur potentiel.

* Méli-mélophone : instrument signé YLM, tiges de bois de Hêtre vibrant sous le frottement d’un archet.

  • Cris Chiroptères (extrait)

Les échanges sociaux d’une colonie de Pipistrelles (Chauve-souris) animent un dialogue soutenu de prédateurs, se confondant quelquefois avec le cri de plusieurs oiseaux.

Des Sauterelles refermeront le bal dans un final discret.

Le CD Entomophonie syntonale est disponible au prix de 10 € + frais d’envoi en me contactant.

Composition, arrangements, interprétation, captures sonores, enregistrement, montage, mixage, mastering et production : Yannick Lemesle

Conception graphique et photos : Yannick Lemesle

Chants : sauterelles, criquets, grillons, cigales, moustiques, oiseaux divers et colonie de Pipistrelle

 Sons : nid de frelons et frelons , guêpes, abeilles solitaires, abeilles sociales,  syrphes, mouches, et autres bourdonnements, croassements, vent, pluie, orage et divers …

Instruments : synthèse sonore, oscillateurs et méli-mélophone.

Pour information, je propose l’interprétation live d’une partie de la pièce sonore « le chant des élytres dissimulé parmi les fleurs ».

Grâce à un dispositif électro acoustique composé d’un orchestre de 6 haut-parleurs, et d’instruments joués en direct,  des enregistrements d’insectes que j’ai réalisé rencontrent le son de cloches tubulaires, d’un méli-mélophone, d’oscillateurs, et d’un violon.

La pièce sonore est diffusée dans l’espace scénographié par les « Sculptures Entomologes » et accompagnées de l’exposition photographique  « Les insectes de mon jardin ».

 

Avec mots-clefs , , .Lien pour marque-pages : permalien.

Une réaction à Entomophonie Syntonale

  1. Christine et Pascal (foire bio Embrun) a écrit:

    Salut
    et félicitation pour ta mention spéciale!
    Nous avons écouté le disque en entier, et nous avons bien apprécié l’ensemble de ton entomophonie (!)
    Nous l’avons aussi écouté sur le retour dans la voiture , et la c’est bien particulier, 2 voyages en un !
    Pour plus de retour précis sur ta musique, j’ai encore besoin d’un certain nombre d’écoute car j’ai toujours des réflexes d’auditeur traditionnel (Pascal) En tout cas c’est un disque que je réécoute.
    Le chat a été très intrigué !!Christine, (je prends le clavier), est impressionnée par le fait que certains sons produits par les insectes sont très proches des sons produits par certains instruments (violoncelle, un de percussion à peau, crécelles,…)
    Nous avons vraiment apprécié tes 2 concerts à Embrun, et ce fut un plaisir de pouvoir discuter avec toi.

    Si tu fait des concerts dans le coin, n’oublies pas de noter les dates et les lieux sur ton site, nous viendrons volontiers.
    Un disque qui maintenant nous accompagne!
    Encore bravo.

    Au plaisir

    Christine et Pascal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *